Le jardin partagé de la Poudrerie

Classé dans : A savoir... | 0

 

 

Le collectif du Ramier, constitué de nombreuses associations (dont le CPIE Terres Toulousaines), bénéficie de la mise à disposition d’une parcelle de 2000m2 dans le jardin public de la Poudrerie sur l’île du Ramier pour en faire un jardin partagé.

Nous avons réalisé ce questionnaire à destination des futurs usagers afin de connaître les différentes envies pour ce jardin.

Merci d’avance pour vos réponses (durée moyenne de 5 minutes)

 

https://framaforms.org/questionnaire-pour-le-jardin-partage-de-la-poudrerie-ile-du-ramier-1585827146

 

Ma graine va-t-elle germer?

Classé dans : A savoir... | 0

Avant tout semi, vérifiez la viabilité de vos graines avec le test de l’eau.

Munissez vous d’un verre transparent de remplissez le d’eau au 3/4. Verser les graines que vous vous apprêtiez à semer dans l’eau.

Attendre quelques heures puis retirez toutes celles qui flottent à la surface, elle ne germerons pas car elles n’ont pas de réserve.

 

Attention, ce test à ses limites car certaines graines très petites ne coulent jamais.

Attention moustiques en vue !

Classé dans : A savoir... | 0

Même si ces insectes ont un petit cerveau, leur système de détection est étonnamment sophistiqué. Plusieurs études se sont penchées sur les raisons pour lesquelles les moustiques nous piquent. Sans surprise, le sang en fait partie.

Par exemple, le moustique-tigre semble atterrir davantage sur la peau les personnes appartenant au groupe sanguin O, que sur la peau d’autres personnes.

Les jeunes et les personnes âgées ont tendance à moins chasser les moustiques qui rodent autour d’eux ce qui augmente les chances de la femelle moustique à repartir le vivant et le ventre plein.

Les femmes enceintes sont aussi plus impactées car elles rejetteraient davantage de dioxyde de carbone et d’humidité dans leur haleine. Leur température corporelle serait légèrement plus élevée, ce qui libérerait davantage de substances volatiles à la surface de leur peau, aidant les moustiques à les repérer.

Les sportifs ont plus de chances de se faire piquer s’ils ne vont pas rapidement à la douche!  En effet, le dégagement de sueur et de ses composés (acide lactique, l’acide urique et l’ammoniaque) et de chaleur attire les moustiques.

 

Pour vous éviter le désagrément des soirées avec ces invités surprises, vous pouvez attirer leurs prédateurs (oiseaux insectivores, amphibiens, libellules, poissons rouges, chauves-souris), installer des barrières mécaniques (moustiquaires, couvercles hermétiques) et installer des pièges à moustiques.

 

Pour passer à l’action et monter une brigade du tigre dans votre quartier, contactez Nathalie et Elodie du CPIE Terres Toulousaines.

Plus d’informations sur notre site :

http://cpieterrestoulousaines.org/brigade-du-tigre.

Attention Moustique en vue !

Classé dans : A savoir..., Ce mois-ci | 0

Arrivé depuis plusieurs années en France, le moustique tigre fait beaucoup parler de lui.

Cette année encore, l’espèce est toujours présente et continue son expansion avec des individus porteur de maladies.

Voici quelques informations sur cette espèce et les moyens pour lutter contre son développement.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

5 à 7 jours de vie aquatique (larve puis nymphe)

jusqu’à 1 mois pour la phase terrestre (accouplement, piqûre, ponte)

 

Il ne faut que très peu d’eau à la femelle pour pondre ses 150 œufs.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Pour en savoir plus, consultez notre lettre d’info spécial moustique tigre.

 

Pour passer à l’action et monter une brigade du tigre dans votre quartier, contactez Nathalie et Elodie du CPIE Terres Toulousaines.

 

 

 

 

Bons plants

Classé dans : A savoir... | 0

La période des plantations a commencé, certains ont vu trop grand et se retrouvent avec des plants en trop. Voilà qui fera votre bonheur !

Des pots de fleurs, des plants, des outils, des arbustes, les sites de dons peuvent être une mine d’or quand on n’a pas le budget pour jardiner. 😉

En ce moment ce sont surtout des plants, voyez par vous même :

Comment éviter les chats dans les jardins ?

Classé dans : A savoir... | 0

Ces félins ont la fâcheuse tendance à fouiner dans les jardins, abîment votre potager en grattant la terre et font leurs besoins partout (ce qui n’est pas très hygiénique).

Il existe des méthodes douces pour éviter ce genre de problème.

  • Il faut savoir que les chats détestent certaines odeurs fortes. Ainsi, plusieurs produits pourront permettre d’éloigner ces félins :
    • – Le vinaigre blanc en mélange ou non avec de la moutarde est efficace. Vous pouvez vaporiser pendant une semaine les endroits fréquentés par les chats de vinaigre blanc et/ ou de moutarde. Attention cependant à ne pas appliquer de vinaigre proche de votre potager car ce produit brûle les tissus des plantes et est utilisé comme herbicide.
    • – Les agrumes ont également la réputation d’éloigner les chats. Ainsi, des pelures d’oranges, de pamplemousse, de mandarine feront l’affaire. Un citron coupé en lamelles peut également fonctionner.
    • – Le poivre et les peaux d’oignon ont également la réputation de les faire fuir.
    • – Le marc de café possède également une odeur forte éloignant les félins. Il sert, par la même occasion, de compost pour votre potager.
    • – D’autres odeurs peuvent éloigner les chats. Il existe un mélange de piment de Cayenne, de moutarde et de farine (respectivement 2, 3 et 5 doses) qui pourrait marcher. On peut également utiliser de l’huile d’anis, de l’huile d’eucalyptus ou encore des feuilles de thé.
  • Les chats détestent certaines plantes comme la lavande, le géranium, l’absinthe, le thym-citron, les roses épineuses ou encore la rue des jardins. Si vous semer ces plantes, ils pourront être dissuadés de venir dans votre jardin.
  • Les chats n’aiment pas les litières inconfortables. Ainsi, vous pouvez recouvrir votre jardin d’une fine couche de matière inoffensive comme du paillis, des pommes de pins épineuses, des cailloux ou des pierres.
  • Les chats aiment avoir de l’espace pour faire leurs besoins. La présence de bâtons dans les sols pourra les dissuader. Des baguettes de bois, des tuteurs de plantes ou même des piques à brochettes ou des cure-dents pourront faire l’affaire. Pour un système optimal, ces bâtons doivent être hauts de 25cm et doivent être espacés les uns les autres de 20cm.
  • Préparer un coin dédié aux chats. S’ils sont attirés par un espace qui leur est dédié, ces félins ne viendront pas saccager votre jardin. Ainsi, dans un coin qui leur est dédié, vous pouvez leur fabriquer un bac à sable et semer des plantes qui les attirent comme l’herbe à chat (Nepeta Cataria), la chataire (Nepeta racemosa), la germandrée (Teucrium marum), la valériane (Valeriana officinalis) ou encore le chlorophyton chevelu (Chlorophytum comosum).
  • Vous pouvez mettre en place un grillage métallique sur le sol qui empêchera les chats de creuser. Prenez garde cependant à ce que ce grillage soit souple pour éviter de les blesser.
  • Il existe d’autres méthodes réservées aux plus bricoleurs et qui sont considérées comme moins douces :
    • – Installer un grillage de plus de 1m80 de hauteur et de maillage de 5cm
    • – Installer un arroseur automatique qui se déclenche en cas de mouvement
    • – Installer un émetteur à ultrasons

Venez fêter le printemps !

Classé dans : A savoir... | 0

Le Printemps pointe de plus en plus le bout de son nez, ne manquez donc pas les rendez-vous jardins proche de vos CLAE ! 🙂

La Ferme de 50 (située au bout de Chemin de Mange-Pomme) vous attend pour partager avec vous sur le jardin. Amenez vos boutures, vos plans, vos graines et venez échanger. Vous pourrez bénéficier gratuitement, à cette occasion, de conseils avisés de l ‘association DIRE, de Biova, du Sicoval et des Jardins Familiaux.

Ils vous attendent avec impatience le Dimanche 22 Mars de 10h00 à 12h30 !

 

Des plantes répulsives contre les visites à poils

Classé dans : A savoir... | 0

Vous avez souvent la visite d’un ou de plusieurs félins dans votre jardin ? Peut-être que ces 5 plantes vous aideront à les éloigner !

La verveine citronnelle : elle dégage une forte odeur de citron qui ravira votre odorat mais pas celle des chats,

Le coléus canina : cette plante a une forte odeur qui ressemble à celle de la moufette,

La rue officinale : elle possède une forte doreur musquée,

La fraxinelle : une plante à la senteur de citron vanillé.

Mais la diversité du monde végétal est tel, qu’il existe d’autres plantes comme les aromatiques (lavande, romarin, menthe…) qui seront de bons alliés.

Les chats aiment avoir des espaces où la terre est à nue pour faire leur besoin. Les plantes couvre sol permettent de remédier à ceci.

A la recherche d’un drôle de cocon

Classé dans : A savoir... | 0

Vous avez dit bizarre ?…

Quelle est cette mystérieuse boule compacte, accrochée sur une branche ou même sur la façade de l’école ?

Source : macrophotoplaisirpassion.blogs

 

Vous êtes incroyablement chanceux ! Pourquoi ? Parce que vous avez tout simplement sous vos yeux le petit cocon d’une Mante religieuse. Le femelle sécrète à l’extrémité de son abdomen un liquide marron qu’elle bat grâce à ses mandibules, elle crée donc des bulles d’air qui durcicent. Elle dépose ses œufs jaunes au fur et à mesure de l’élaboration du cocon. Les petites mantes religieuses sortiront lorsque le soleil aura refait son apparition et que les températures seront plus douces.

 

 

 

A vos observations et à vos loupes !

Dites nous combien vous en avez au sein de votre CLAE.

ATTENTION : le cocon reste très fragile et il est donc très important de ne pas le décoller, ni de l’abîmer.

C’est la rentrée !

Classé dans : A savoir... | 0

Et voilà une nouvelle année scolaire qui démarre et avec tous ces projets qui reprennent il est nécessaire d’avoir une vision claire sur les aménagements, semis, plantations,…

Voici quelques conseils pour bien démarrer.

Tout d’abord, nommez 2 personnes référentes sur ce projet qui en cas d’absence pourrons se relayer. Veillez à choisir des référents motivés et intéressé par la thématique. Le jardin est un projet long qui demande une surveillance régulière, être plusieurs pour le porter peut s’avérer plus confortable.

Communiquez !

Il est primordial de communiquez au maximum sur vos actions.

Que ce soit auprès du personnel du centre de loisirs, des enseignants, des enfants, en passant pas les agents des espaces verts ou les parents d’élèves, plus vous aurez de personnes au courant de vos actions mieux vous serez entouré et motivé.

Vous aurez des opportunités de dons de plants, de graines, d’outils, plus facilement.

Pour éviter les erreurs lors de l’entretien réalisé par les agents des espaces vert, votre communications passera par des écriteaux, des affiches, des étiquettes,…

Réalisez des calendriers des semis, des calendriers des activités au jardin pour les enfants mais aussi pour vous.

 

 

 

Astuce : Pour les enfants mettez-y de la couleur

 

Organisez un événement du type « troc de plantes/graines » dans l’école ou le quartier pour augmenter votre banque de graines et promouvoir votre projet.

Un état des lieux !

Très important à chaque reprise après les vacances estivales, évaluez ce qu’il reste permettra de vérifier si vos techniques ont porté leurs fruits.

Nouveau dans la structure? Renseignez vous sur l’historique de ce qui a été fait pour savoir quoi planter au même endroit. Si vous partez de zéro (aucun potager auparavant) profitez-en pour faire plaisir aux enfants en leur demandant ce qu’ils souhaitent voir pousser dans leur potager.

Impliquez les enfants au maximum aux activités en amont. La réflexion autour du projet se fait à plusieurs, vous pourrez compter sur les enfants pour vous donner des idées. Allons nous décorer le jardin? Peut-on planter des fruitiers? Irons nous au jardin tous les jours? Combien de bacs de culture a-t-on à entretenir? Pourra-t-on manger les fruits et légumes cultivés?

La responsabilisation des enfants est une méthode qui les valorise, n’hésitez pas à nommer des responsables graines, outils, décoration, désherbage, arrosage, étiquetage, compostage.

Vous pouvez travailler en amont sur les auxiliaires/ravageurs et par la suite nommer des référents sur ces thématiques pour anticiper une invasion de ravageurs.

Faites l’inventaire des outils, du matériel, des graines, des plants que vous avez à disposition puis estimez vos besoins. Pensez à demander aux enseignants si une mutualisation est envisageable (côté maternelle comme élèmentaire).

 

Pour terminer, gardez bien à l’esprit la notion de plaisir, le jardin est un merveilleux support pédagogique aux multiples avantages.

1 2