Le moustique tigre, une espèce envahissante…

Classé dans : A savoir... | 0

Arrivé depuis plusieurs années en France, le moustique tigre fait beaucoup parler de lui.

Cette année encore, l’espèce est toujours présente et continue son expansion avec des individus porteur de maladies.

Voici quelques informations sur cette espèce et les moyens pour lutter contre son développement.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

5 à 7 jours de vie aquatique (larve puis nymphe)

jusqu’à 1 mois pour la phase terrestre (accouplement, piqûre, ponte)

 

Il ne faut que très peu d’eau à la femelle pour pondre ses 150 œufs.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Pour en savoir plus, consultez notre lettre d’info spécial moustique tigre.

 

 

 

Pour passer à l’action et monter une brigade du tigre dans votre quartier, contactez Nathalie du CPIE Terres Toulousaines.

Plus d’informations sur notre site :

http://cpieterrestoulousaines.org/brigade-du-tigre.

Les jardins partagés vous connaissez?

Classé dans : A savoir... | 0

Qu’est-ce que c’est?

Il existe 3 types de jardins : les jardins privés, les jardins publics et les jardins collectifs.

Dans les jardins collectifs, on trouve les jardins partagés, les jardins familiaux et les jardins d’insertion.

Les jardins partagés sont créés et gérés collectivement leur accessibilité est publique et ils répondent à un besoin des habitants d’un quartier.

Les jardins familiaux sont créés et gérés par des collectivités ou des associations et attribués à des jardiniers pour les besoins de leur famille.

Les jardins d’insertion sont créés et utilisés afin de permettre la réintégration de personnes en difficultés sociales.

Au niveau local

L’association Partageons les jardins est une association de promotion et de mise en réseau des activités de jardinage. Elle cultive les liens entre jardiniers de la région Toulousaine et réunit les acteurs locaux autour des activités liées aux différentes formes de jardin.

Ils ont créé une carte qui recense tous les jardins collectifs de la région Toulousaine vous permettant d’en savoir un peux plus sur un jardin en particulier. N’hésitez pas à y faire un tour, vous découvrirez peut-être qu’il en existe un pas loin de chez vous!

Chemin faisant, les rendez-vous d’écologie pratique.

Classé dans : A savoir..., Ce mois-ci | 0

CHEMIN FAISANT, les rendez-vous d’écologie pratique 🤩🎉

👉 Depuis 2018, nous éditons une programmation collective d’ateliers. Nous avons, le long du chemin, accueilli des structures amies et animées d’une énergie commune : seul on va plus vite, ensemble on va plus loin.

14 associations 57 activités

Les intervenants, professionnels et experts dans leur domaine, vous proposent des astuces simples, des conseils avisés et des exemples concrets pour que chacun puisse nourrir sa transition, pas à pas.

👉 𝗖𝗵𝗲𝗺𝗶𝗻 𝗳𝗮𝗶𝘀𝗮𝗻𝘁 𝗰’𝗲𝘀𝘁 𝗮𝗴𝗶𝗿 𝗽𝗼𝘂𝗿 𝘂𝗻𝗲 𝘃𝗶𝗹𝗹𝗲 𝗱𝘂𝗿𝗮𝗯𝗹𝗲 𝗲𝗻 𝗺𝗲𝘁𝘁𝗮𝗻𝘁 𝗲𝗻 œ𝘂𝘃𝗿𝗲 𝗱𝗲𝘀 𝘀𝗼𝗹𝘂𝘁𝗶𝗼𝗻𝘀 𝗮𝗰𝗰𝗲𝘀𝘀𝗶𝗯𝗹𝗲𝘀.
Se servir de ses mains pour réparer son petit électroménager, créer sa décoration, cuisiner antigaspi, identifier les animaux qui nous entourent, confectionner des couches lavables, préparer ses produits d’entretien, accueillir la biodiversité, nourrir son sol, soigner son potager, teindre ses vêtements, créer des objets en fibre végétale, …

👉𝗖𝗵𝗲𝗺𝗶𝗻 𝗳𝗮𝗶𝘀𝗮𝗻𝘁 𝗰’𝗲𝘀𝘁 𝗲́𝗰𝗵𝗮𝗻𝗴𝗲𝗿 𝗹𝗲𝘀 𝘀𝗮𝘃𝗼𝗶𝗿𝘀 𝗲𝘁 𝗹𝗲𝘀 𝗰𝗼𝗻𝗻𝗮𝗶𝘀𝘀𝗮𝗻𝗰𝗲𝘀
Ouvrir le champ des connaissances sur la nature en ville, l’économie locale, la réduction des déchets, la solidarité internationale, l’alimentation durable, la biodiversité, l’énergie.

👉 𝗖𝗵𝗲𝗺𝗶𝗻 𝗳𝗮𝗶𝘀𝗮𝗻𝘁 𝗰’𝗲𝘀𝘁 𝘀’𝗲́𝘃𝗲𝗶𝗹𝗹𝗲𝗿 𝘀𝘂𝗿 𝗹𝗲 𝗺𝗼𝗻𝗱𝗲 𝗾𝘂𝗶 𝗻𝗼𝘂𝘀 𝗲𝗻𝘁𝗼𝘂𝗿𝗲
Apprécier notre environnement à travers la découverte de la nuit, des lichens en forêt, des baies comestibles, du monde de la mare.

Nous sommes ravis de vous annoncer la sortie du deuxième opus, rassemblant ateliers, balades, conférences, débats, projections…
14 associations, dont le CPIE Terres Toulousaines, ont mis en commun leurs forces pour vous proposer 5️⃣7️⃣ activités cet hiver (janvier-mars), autour de thématiques variées :

🌿 jardin au naturel,
🐝 biodiversité,
✂️ DIY,
♻️ zéro déchet,
🤝 solidarité,
🍴 alimentation durable,
💡 énergie,
🚲 mobilité et qualité de l’air.

Il y en a pour tous les goûts !
Solutions pour une ville durable, découverte et échange de savoirs et connaissances, sont les maîtres mots de cette belle initiative. N’hésitez pas à nous faire un retour et à partager autour de vous.

👉 Retrouvez le programme papier dans notre association et la version en ligne ici : http://cpieterrestoulousaines.org/chemin-faisant

 

Nourrir les oiseaux en hiver

Classé dans : A savoir..., Ce mois-ci | 0

Dès les premiers froids de l’hiver, nous avons pris l’habitude de nourrir les petits passereaux qui ne migrent pas et restent à nos côtés.

Est-ce vraiment indispensables? Quelles sont les précautions à prendre? Quels supports privilégier? Quelle nourriture leur donner?

 

De la nourriture facile oui mais avec modération.

Le nourrissage des oiseaux est une pratique qui permet d’engraisser les oiseaux pour qu’ils puissent passer l’hiver plus facilement. Ce n’est pas parce que vous ne les nourrissez pas qu’il va y avoir une hécatombe d’oiseaux dans votre jardin. Ils sont tout à fait capable d’aller chercher leur nourriture, s’ils n’ont pas migré c’est aussi parce qu’ils parviennent à survivre en se procurant de la nourriture sur place.

La période de nourrissage est de préférence quand les températures sont négatives ou très proche pendant plusieurs jours.

Quelle nourriture ?

Pour résister au froid, il leur faut des aliments riches en glucides. On peut donc leur donner des matières grasses, des miettes, des fruits, du fromage et des graines.

Par mis les graines, ce sont les graines de tournesol que l’on trouve le plus souvent dans le commerce. Néanmoins, n’hésitez pas à varier les graines pour attirer différentes espèces et varier leur alimentation.

 

 

source : orthomédia.com

 

Quelles espèces viennent sur les sites de nourrissage?

Ce sont en priorité les espèces peu farouches notamment les mésanges, pinsons, moineaux. D’autres espèces peuvent faire des apparitions plus furtives comme le rougegorge ou le rougequeue noir.

 

Quelles précautions à prendre?

Distribuez la nourriture à heure régulière et en faible quantité afin d’éviter que les graines ne deviennent trop humides.

Faites en sorte que les graines soient abritées afin d’éviter la pourriture ou la moisissure.

Ne stoppez pas le nourrissage, il faut le poursuivre jusqu’à l’arrêt de la période difficile (vérifiez vos stocks).

Faites attention aux lieux de nourrissage, il faut éviter la prédation par les chats notamment.

Nettoyez régulièrement les mangeoires (surtout les mangeoires plateau) afin d’éviter d’attirer les rongeurs, ou d’avoir des maladies transmissibles.

Ne prenez pas de graines salées et ne rajoutez pas de sel. Les graines de petites taille seront adaptées pour les oiseaux de petit gabarit (passereaux).

Dans la mesure du possible, proposez leur un point d’eau. Ils pourront s’hydrater mais aussi se nettoyer les plumes (des plumes propres permettent une meilleure isolation). Comme la mangeoire, il faut nettoyer le point d’eau et casser la glace régulièrement.

Attention aux filets !

Une fois vides, les voilà qui s’envolent et nous laissent un déchet supplémentaire quand ce ne sont pas les oiseaux qui se prennent les griffes dedans. Évitez autant que possible ces support, sortez la boule de graisse et transpercez là d’une baguette en bois pour ensuite la suspendre.

Vous pouvez aussi opter pour les boules de graisse faites maison avec ou sans emporte pièce.

Les boules ou pains de graisses vont convenir aux oiseaux les plus acrobates (mésanges)

Les mangeoires plateau peuvent attirer de nombreuses espèces notamment les pies, tout dépendra de l’emplacement de la mangeoire et des dimensions du plateau.

On peut aussi fabriquer une mangeoire tout en faisant de la récup’. Avec des bouteilles ou des briques de jus.

source : green and zen bubbles

Le jardin partagé de la Poudrerie

Classé dans : A savoir... | 0

 

 

Le collectif du Ramier, constitué de nombreuses associations (dont le CPIE Terres Toulousaines), bénéficie de la mise à disposition d’une parcelle de 2000m2 dans le jardin public de la Poudrerie sur l’île du Ramier pour en faire un jardin partagé.

Nous avons réalisé ce questionnaire à destination des futurs usagers afin de connaître les différentes envies pour ce jardin.

Merci d’avance pour vos réponses (durée moyenne de 5 minutes)

 

https://framaforms.org/questionnaire-pour-le-jardin-partage-de-la-poudrerie-ile-du-ramier-1585827146

 

Ma graine va-t-elle germer?

Classé dans : A savoir... | 0

Avant tout semi, vérifiez la viabilité de vos graines avec le test de l’eau.

Munissez vous d’un verre transparent de remplissez le d’eau au 3/4. Verser les graines que vous vous apprêtiez à semer dans l’eau.

Attendre quelques heures puis retirez toutes celles qui flottent à la surface, elle ne germerons pas car elles n’ont pas de réserve.

 

Attention, ce test à ses limites car certaines graines très petites ne coulent jamais.

Attention moustiques en vue !

Classé dans : A savoir... | 0

Même si ces insectes ont un petit cerveau, leur système de détection est étonnamment sophistiqué. Plusieurs études se sont penchées sur les raisons pour lesquelles les moustiques nous piquent. Sans surprise, le sang en fait partie.

Par exemple, le moustique-tigre semble atterrir davantage sur la peau les personnes appartenant au groupe sanguin O, que sur la peau d’autres personnes.

Les jeunes et les personnes âgées ont tendance à moins chasser les moustiques qui rodent autour d’eux ce qui augmente les chances de la femelle moustique à repartir le vivant et le ventre plein.

Les femmes enceintes sont aussi plus impactées car elles rejetteraient davantage de dioxyde de carbone et d’humidité dans leur haleine. Leur température corporelle serait légèrement plus élevée, ce qui libérerait davantage de substances volatiles à la surface de leur peau, aidant les moustiques à les repérer.

Les sportifs ont plus de chances de se faire piquer s’ils ne vont pas rapidement à la douche!  En effet, le dégagement de sueur et de ses composés (acide lactique, l’acide urique et l’ammoniaque) et de chaleur attire les moustiques.

 

Pour vous éviter le désagrément des soirées avec ces invités surprises, vous pouvez attirer leurs prédateurs (oiseaux insectivores, amphibiens, libellules, poissons rouges, chauves-souris), installer des barrières mécaniques (moustiquaires, couvercles hermétiques) et installer des pièges à moustiques.

 

Pour passer à l’action et monter une brigade du tigre dans votre quartier, contactez Nathalie et Elodie du CPIE Terres Toulousaines.

Plus d’informations sur notre site :

http://cpieterrestoulousaines.org/brigade-du-tigre.

Attention Moustique Tigre en vue !

Classé dans : A savoir..., Ce mois-ci | 0

Arrivé depuis plusieurs années en France, le moustique tigre fait beaucoup parler de lui.

Cette année encore, l’espèce est toujours présente et continue son expansion avec des individus porteur de maladies.

Voici quelques informations sur cette espèce et les moyens pour lutter contre son développement.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

5 à 7 jours de vie aquatique (larve puis nymphe)

jusqu’à 1 mois pour la phase terrestre (accouplement, piqûre, ponte)

 

Il ne faut que très peu d’eau à la femelle pour pondre ses 150 œufs.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Pour en savoir plus, consultez notre lettre d’info spécial moustique tigre.

 

Pour passer à l’action et monter une brigade du tigre dans votre quartier, contactez Nathalie du CPIE Terres Toulousaines.

Plus d’informations sur notre site :

http://cpieterrestoulousaines.org/brigade-du-tigre.

 

Bons plants

Classé dans : A savoir... | 0

La période des plantations a commencé, certains ont vu trop grand et se retrouvent avec des plants en trop. Voilà qui fera votre bonheur !

Des pots de fleurs, des plants, des outils, des arbustes, les sites de dons peuvent être une mine d’or quand on n’a pas le budget pour jardiner. 😉

En ce moment ce sont surtout des plants, voyez par vous même :

Comment éviter les chats dans les jardins ?

Classé dans : A savoir... | 0

Ces félins ont la fâcheuse tendance à fouiner dans les jardins, abîment votre potager en grattant la terre et font leurs besoins partout (ce qui n’est pas très hygiénique).

Il existe des méthodes douces pour éviter ce genre de problème.

  • Il faut savoir que les chats détestent certaines odeurs fortes. Ainsi, plusieurs produits pourront permettre d’éloigner ces félins :
    • – Le vinaigre blanc en mélange ou non avec de la moutarde est efficace. Vous pouvez vaporiser pendant une semaine les endroits fréquentés par les chats de vinaigre blanc et/ ou de moutarde. Attention cependant à ne pas appliquer de vinaigre proche de votre potager car ce produit brûle les tissus des plantes et est utilisé comme herbicide.
    • – Les agrumes ont également la réputation d’éloigner les chats. Ainsi, des pelures d’oranges, de pamplemousse, de mandarine feront l’affaire. Un citron coupé en lamelles peut également fonctionner.
    • – Le poivre et les peaux d’oignon ont également la réputation de les faire fuir.
    • – Le marc de café possède également une odeur forte éloignant les félins. Il sert, par la même occasion, de compost pour votre potager.
    • – D’autres odeurs peuvent éloigner les chats. Il existe un mélange de piment de Cayenne, de moutarde et de farine (respectivement 2, 3 et 5 doses) qui pourrait marcher. On peut également utiliser de l’huile d’anis, de l’huile d’eucalyptus ou encore des feuilles de thé.
  • Les chats détestent certaines plantes comme la lavande, le géranium, l’absinthe, le thym-citron, les roses épineuses ou encore la rue des jardins. Si vous semer ces plantes, ils pourront être dissuadés de venir dans votre jardin.
  • Les chats n’aiment pas les litières inconfortables. Ainsi, vous pouvez recouvrir votre jardin d’une fine couche de matière inoffensive comme du paillis, des pommes de pins épineuses, des cailloux ou des pierres.
  • Les chats aiment avoir de l’espace pour faire leurs besoins. La présence de bâtons dans les sols pourra les dissuader. Des baguettes de bois, des tuteurs de plantes ou même des piques à brochettes ou des cure-dents pourront faire l’affaire. Pour un système optimal, ces bâtons doivent être hauts de 25cm et doivent être espacés les uns les autres de 20cm.
  • Préparer un coin dédié aux chats. S’ils sont attirés par un espace qui leur est dédié, ces félins ne viendront pas saccager votre jardin. Ainsi, dans un coin qui leur est dédié, vous pouvez leur fabriquer un bac à sable et semer des plantes qui les attirent comme l’herbe à chat (Nepeta Cataria), la chataire (Nepeta racemosa), la germandrée (Teucrium marum), la valériane (Valeriana officinalis) ou encore le chlorophyton chevelu (Chlorophytum comosum).
  • Vous pouvez mettre en place un grillage métallique sur le sol qui empêchera les chats de creuser. Prenez garde cependant à ce que ce grillage soit souple pour éviter de les blesser.
  • Il existe d’autres méthodes réservées aux plus bricoleurs et qui sont considérées comme moins douces :
    • – Installer un grillage de plus de 1m80 de hauteur et de maillage de 5cm
    • – Installer un arroseur automatique qui se déclenche en cas de mouvement
    • – Installer un émetteur à ultrasons
1 2